• Olivier

Japon: photographier le Torii à un pied de Nagasaki

Mis à jour : avr. 15

Le Japon ne manque malheureusement pas de traces et de vestiges de la seconde guerre mondiale. Notamment dans les villes d’Hiroshima et de Nagasaki, où les premières bombes atomiques de l’histoire de l’humanité ont été larguées en août 1945, faisant plus de plus de 250.000 victimes directes et indirectes. Causant des dégâts indescriptibles sur plusieurs kilomètres à la ronde, ces 2 bombes ont rasé Hiroshima et Nagasaki de la carte en quelques instants. Tous les bâtiments se sont effondrés, soufflés et réduits en cendres, à l’exception de quelques-uns qui ont été conservés en l’état comme témoins de ces évènements.


Japon: photographier le Torii à un pied de Nagasaki

Aussi, j’ai souhaité photographier certains d’entre-eux afin de rendre à ma façon un regard respectueux sur ce passé. C’est notamment le cas du Dôme d’Hiroshima, du “Torii à un pied” de Nagasaki ou encore du Centre d’entraînement Kaiten situé à Kawatana, sur l’île de Kyushu également.

Photographie et devoir de réserve

Photographier les lieux chargés d’un passé douloureux peut poser certaines questions. Je l’ai déjà évoqué pour l’Atomic Bomb Dome d’Hiroshima. Peut-on s’autoriser à risquer quelques images à valeur esthétique d’un bâtiment ou d’un objet destiné à commémorer l’un des évènements les plus tragiques de l’histoire? Ou doit-on au contraire faire fi de nos chères valeurs esthétiques pour restituer la scène au plus proche de sa réalité dans la grande tradition de la photographie documentaire? Ce qui, reconnaissons-le, n’a bien souvent pas d’intérêt pour le photographe de paysages. J’avoue n’avoir jamais trouvé la réponse juste à ces questions.


Je pense que tout photographe exprime instinctivement en images ses émotions de manière juste, honnête et profonde, telles qu’il les a reçues en observant. Et qu’il n’y a rien de déplacé ou d’irrespectueux à s’exprimer de cette manière.

Qu’est ce que le Torii à un pied de Nagasaki?

Le Torii à une jambe (One-legged Torii) est appelé ainsi en référence au fait que ce Torii ne tient plus que par un seul pilier. Ce Torii appartient au sanctuaire Sanno-jinja qui est lui-même situé à environ 1 kilomètre de l’épicentre de la déflagration de la bombe. Construit en granit, c’est en effet l’un des seuls objets qui ont résisté au souffle dévastateur du 9 août 1945. Ce souffle a causé l’effondrement du pilier gauche du Torii, emportant la moitié de la traverse supérieure et causant une rotation de 30° de la partie restante.

Les débris ont été projetés à plusieurs mètres. Par ailleurs, 2 arbres majeurs du sanctuaire Sanno ont également survécus aux effets de la bombe. De nouvelles branches ont fini par repousser des troncs entièrement brûlés.


Lors de la reconstruction de la ville, le gouvernement local a décidé de conserver le demi-Torii en mémoire de ce passé et l’un des 2 arbres a été désigné “Monument national”. La ville a donc été rebâtie tout autour sans toucher au Torii. Il est parfaitement maintenu en place, tout comme le sont les débris projetés.


Japon: photographier le Torii à un pied de Nagasaki

Comment photographier le Torii à un pied de Nagasaki?

Le contexte particulièrement dense et urbain de cette partie de la ville rend la photographie très compliquée. Le Torii se situe au sommet d’un grand escalier à proximité immédiate d’immeubles d’habitation. Tout comme pour le Dôme d’Hiroshima, il est préférable de le photographier la nuit. Non seulement, l’éclairage accentue l’aspect dramatique de la scène mais c’est aussi le seul moment où les lumières des appartements situés à l’arrière-plan sont éteintes. L'escalier qui mène au Torii est sans aucun doute le meilleur endroit pour le photographier. Vous disposez de plusieurs angles en contre-plongée qui permettent de valoriser le Torii davantage qui ne l'est en réalité. Toutefois, il faut se contenter de cadrages serrés. L'arrière-plan construit ne laisse que peu de marge créative et de dégagement.


Comment se rendre au Sanctuaire Sanno-jinja pour photographier le Torii a un pied?

Ce Torii n’est pas facile à trouver. Contrairement aux autres sites commémoratifs abondamment indiqués, le Torii a un pied de Nagasaki ne l’est pas. Il est situé non loin du “Nagasaki University Hospital” et à environ 2 km de la gare de Nagasaki. Il est possible de s’y rendre à pieds très facilement ou en tram en descendant aux arrêts Kawaguchimachi ou Iwakawamachi.



Conseils: si vous séjournez à Nagasaki (ce que je vous recommande tant cette ville est extraordinaire), profitez-en pour visiter le “Koshibyo Confucius Shrine and Historical Museum of China”.

L'influence chinoise

La Ville de Nagasaki a une importante histoire liée à la Chine pour des raisons essentiellement commerciales. Plusieurs temples et secteurs de la ville portent les traces de cette mixité culturelle.


Koshibyo Confucius Shrine and Historical Museum of China, Nagasaki

Le sanctuaire-musée "Koshibyo Confucius Shrine and Historical Museum of China" est l'un des témoins de ce passé. Il présente une architecture intéressante et une collection de statues chinoises. Il se situe à 30 minutes à pieds de la gare centrale de Nagasaki (env. 2.5 km).



Et si l’architecture des temples chinois vous intéresse, vous pouvez aussi en profiter pour visiter et photographier le magnifique temple d’influence chinoise Sofukuji. Une oeuvre d'art d'architecture traditionnelle. Il est possible de s’y rendre en tram en descendant au terminus, l’arrêt Shambashi.


Statue du temple Sofukuji à Nagasaki


Et le soir venu, baladez-vous dans le très animé quartier chinois de Nagasaki. Intriguant.

Bonne visite!


Cet article vous a intéressé? N'hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux. Votre aide est précieuse pour nous permettre de continuer notre travail. Merci d'avance.

imgv1-purple-1_1-1619088365971.png