• Olivier

Japon: le Grand Tsunami de 2011, 10 ans déjà

Dernière mise à jour : mars 27

Ce 11 mars 2021, le Japon commémore le 10ème anniversaire du plus important Tsunami de toute leur histoire. Le 11 mars 2011, un violent séisme de magnitude 9.0 au nord-est du Japon a généré un important raz-de-marée qui allait frapper les côtes de nombreuses régions du sud-est asiatique et la côte pacifique de Tohoku. Le Japon, en première ligne, a subi des pertes humaines immenses avec plus de 15.500 victimes et des dégâts inestimables desquels le pays ne s’est pas encore relevé.


Japon: le Grand Tsunami de 2011, 10 ans déjà

La région de Tohoku a été la plus durement touchée. Le tsunami a tout ravagé sur son passage. Villages, constructions en tout genre ou paysages ont été anéantis en un instant, balayés par la force des eaux qui se sont massivement avancées dans les terres à une vitesse impressionnante. Les dégâts immenses ont été estimés à plus de 210 milliards de dollars.


La force de rebâtir

En 2014, j’ai eu l’honneur d’être invité à venir témoigner des efforts surhumains qui étaient entrepris depuis 3 années déjà pour reconstruire et assainir la région. J’ai pu constater une effervescence énorme de la part de la population locale à oublier le passé et à se mettre à rebâtir. Lors de cette première visite de 2014, j’ai pu notamment observer le travail titanesque de regénération des sols. Les eaux salées qui avaient envahi les terres, les avaient rendues impropres à la culture. Il s’agissait donc de changer les terres polluées par de la terre cultivable importée.



D’immenses tapis roulants suspendus au-dessus des routes et des habitations préservées avaient été construits, reliant ainsi la côte aux collines et aux forêts situées plusieurs kilomètres en retrait dans les terres.

Le sol cultivable et sain était prélevé dans les forêts et amené sur la côte pour y être répandu, recréant ainsi des conditions propices à la culture. Ce sont plusieurs centaines de milliers de mètres cubes qui ont ainsi été prélevés, acheminés et répandus sur toute la région touchée. Un travail gigantesque mais qui a porté ses fruits.



Japon: le Grand Tsunami de 2011, 10 ans déjà


Un paysage anéanti en quelques secondes

Au-delà des victimes et des dégâts matériels que le pays a du endurer et que nous déplorons, ce sont aussi des paysages d’une grande valeur qui ont été soufflés de la carte à jamais.

Le Tsunami a causé des dégâts très importants à la nature environnante qui nécessiteront plusieurs dizaines voire centaines d’années pour être réparés et lui permettre de se régénérer. Là aussi, les habitants se sont organisés afin de couper les arbres morts, les évacuer, nettoyer et replanter ces paysages qui faisaient la richesse de la région.


Les côtes de Rikusentakata, situées à 145 km de Sendai, bénéficiaient d’une riche forêt de pins qui s’étendait à perte de vue le long des plages.

Ces arbres majeurs constituaient un cordon boisé massif qui protégeait l’intérieur des terres du vent violent en provenance de l’océan. Le Tsunami a instantanément réduit cette immense forêts de pins en amas de troncs et branches jonchant le sol sur des kilomètres.


Le Pin du Miracle

Ce sont plus de 70.000 arbres qui ont été emportés, déracinés par la violence du choc. Un seul pin a survécu et, pour des raisons inconnues, est resté debout sans subir aucun dégât apparent. Cependant, l’eau salée a endommagé irrémédiablement son système racinaire et le pin était voué à dépérir rapidement.


Japon: le Grand Tsunami de 2011, 10 ans déjà

Cet arbre a été baptisé Pin du Miracle (Kiseki no Ippon Matsu) par les Japonais qui ont vu en lui les symboles de la force, de la résistance et de la vie qui les ont motivés à rebâtir.

Le gouvernement japonais a aussitôt décidé de préserver cet arbre en mémoire de cet événement tragique. Malheureusement, comme l’eau salée avait pénétré le sol en grande quantité, la survie de cet arbre était compromise. Aussi, des travaux spéciaux ont démarrés dans le but de transformer ce pin en sculpture. L’arbre a été coupé en 3 parties qui ont ensuite été amenées dans une usine spécialisée. Les 2 sections du tronc ont été asséchées dans d’immenses fours et ont ensuite reçu un traitement d’imprégnation de résine par haute pression. La tête de l’arbre, quant à elle, a été reconstruite de toutes pièces. Des aiguilles artificielles ont été implantées à l’image exacte de la version originale. Les sections ont ensuite été replacées sur le site, reconstruisant ainsi l’arbre transformé tel qu’il était auparavant. Le résultat est spectaculaire et l’aspect semble totalement naturel. Toutefois, cette action entreprise à grands frais par le gouvernement à l’heure où la population, sous le choc, pleurait ses morts et essayait d’entrevoir une issue après de tels dégâts a été fortement critiquée.


Une ruine conservée

A proximité immédiate de cet arbre du miracle se trouvait un bâtiment de logement (auberge de jeunesse) qui s’est partiellement effondré sous la force du Tsunami. Le gouvernement a également décidé de conserver ce bâtiment (un des rares bâtiments construits en béton) tel qu’il a été retrouvé en commémoration de ce tragique événement. L’ensemble constitue donc a jamais la seule trace encore visible à l’exception des traces de peintures dessinées sur les parois des rochers et des collines environnantes. Elle représentent le niveau que l’eau a atteint. Des proportions inimaginables qui laissent sans voix et qui permettent de mesurer l’ampleur et l’action dévastatrice de ce Tsunami.


Japon: le Grand Tsunami de 2011, 10 ans déjà

Le Takatamatsubara Tsunami Reconstruction Memorial Park

Un site commémoratif a été créé afin d’accueillir toutes les personnes qui souhaitent se recueillir sur les lieux. Ce site accueille aussi un Centre de formation qui a pour objectif de préparer les futures générations à l’importance de ces désastres naturels et à la manière s’y préparer.

Il est situé à proximité immédiate du Pin du Miracle et est devenu le site touristique le plus fréquenté de la région.


Comment se rendre sur le site du Pin du Miracle à Rikusentakata?

Le Tsunami Reconstruction Mémorial Park est situé à env. 145 km (2h20 en voiture) de la ville de Sendai. Aucun train ne dessert la ville de Rikusentakata. Le terminus de la seule ligne ferroviaire de la région est Kesennuma Station. A partir de là, il faut poursuivre en voiture. Cependant, il est préférable de se rendre en voiture depuis Sendai directement, en longeant la côte. En approchant de la région de Rikusentakata, vous pouvez ainsi prendre la mesure de l’ampleur de la catastrophe par les nombreux panneaux qui ont été posés le long de la route et qui mentionnent le niveau que l’eau a atteint lors du Tsunami. De nombreux sites (parcs,…) touchés peuvent également visités tout au long de la route.

Le Tsunami Reconstruction Mémorial Park dispose d’un vaste parking gratuit sur lequel il faut impérativement stationner. Le Pin du Miracle est situé à quelques minutes à pieds.


Japon: le Grand Tsunami de 2011, 10 ans déjà


Se loger sur place

Particulièrement rurale, la région ne dispose pas de beaucoup d’hôtels. Nous recommandons l’hôtel ’’Capital Hotel 1000’’. Situé à 5 minutes en voiture du Memorial Park, cet hôtel moderne (construit après la catastrophe pour accueillir les scientifiques du monde entier) offre tout le confort nécessaire. Vous pourrez y passer une ou deux nuits et prendre ainsi le temps nécessaire pour visiter la région.


Pour aller plus loin:

Cet article vous a intéressé? N'hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux. Votre aide est précieuse pour nous permettre de continuer notre travail. Merci d'avance!

imgv1-purple-1_1-1619088365971.png