• Olivier

Japon: les 5 plus beaux Torii pour la photographie de poses longues

Mis à jour : il y a 6 jours

Emblématiques de la culture japonaise, les Torii sont présents un peu partout sur le territoire. Symbolisant le passage dans un monde de pureté spirituelle, ces portes appartiennent à la religion Shinto et ne sont donc présentes que dans les sanctuaires. Cette religion appartient au Japon et n’existe nulle part ailleurs. Raison pour laquelle sans doute, les Torii sont immédiatement associés au Japon dans l’imaginaire collectif.



Qu'est-ce qu'un Torii?

Le mot Torii signifie littéralement “Là où se posent les oiseaux”. Cette expression fait référence à l'origine des Torii (voir plus-bas). Ces structures sont habituellement réalisées en bois et peintes de couleur rouge orangé typique des sanctuaires Shinto. Cependant, il n’est pas rare de trouver de magnifiques exemplaires réalisés dans d’autres matériaux tels que la pierre ou le métal, le bois naturel non peint ou encore le béton.

Histoire du Torii

Les Torii ont une longue histoire qui remonte jusqu'à la période Heian (794-1185). A l'origine, ils n'étaient composés que de 4 poteaux reliés entre-eux par des cordes. Ces poteaux délimitaient foncièrement les parcelles des sanctuaires mais on leur attribuait également une signification plus philosophique en prétendant qu'ils séparaient l'espace sacré du reste du monde. Plus tard, ces poteaux ont été reliés entre-eux par des traverses horizontales afin de leur assurer plus de stabilité. C'était alors un endroit idéal pour les oiseaux (d'où le nom Torii).


L'architecture des Torii a évoluer au fil du temps comme toute construction. On les répartit en 2 styles distincts selon que le linteau supérieur est courbe (Torii myojin) ou droit (Torii shinmei). Le Torii reconnu par les historiens comme étant le plus ancien du pays est le Torii du sanctuaire et temple Kinpusenji à Nara. Il daterait de 1455.



Signification du Torii

Aujourd'hui, les Torii présents aux entrées des sanctuaires supposent que les visiteurs passent en-dessous en entrant, marquant ainsi le passage dans un lieu de pureté réservé aux dieux de la religion Shinto. Il s’agit alors de repasser en-dessous en sortant pour signifier son retour dans le monde des mortels. Mais les Torii sont parfois éloignés du sanctuaire auquel il se rapportent. Il n’est pas rare d’en trouver le long des côtes, sur les plages ou sur les rochers qui bordent la mer.

Lorsque ces Torii sont placés sur l’eau, ils symbolisent davantage le passage de l’esprit dans ce monde de pureté par la prière.

De nombreux Torii sont présents sur les rives des lacs ou les rivages de la péninsule. Cependant, ils ne présentent de loin pas tous un intérêt photographique. Selon comment et où ils sont placés, le contexte n’est pas propice à saisir en images toute la pureté qu’ils représentent.

Les 5 plus beaux Torii pour la photographie de poses longues

Aussi, pour avoir sillonné les rives et rivages de tout le pays, nous avons sélectionné ces 5 Torii pour leurs qualités esthétiques et leurs emplacements. Leur situation et leur présence dans un paysage minimaliste dépourvu d’éléments perturbateurs vous assureront des photographies spectaculaires en toute saison. Dans nos critères de sélection, nous privilégions également les arrières-plans dégagés où seule l’étendue d’eau permet de magnifier ces constructions.

  1. Le sanctuaire Konpira, préfecture d’Hokkaido

  2. Le sanctuaire Shirahige, préfecture de Shiga

  3. Le sanctuaire Isosaki, préfecture d’Ibaraki

  4. Le sanctuaire Oouo, préfecture de Saga

  5. Le sanctuaire Einoo, préfecture de Kumamoto


1. Le sanctuaire Konpira, préfecture d’Hokkaido

Certainement le plus beau Torii de tout le Japon pour l’élégance de sa forme et particulièrement de la partie transversale, le Torii du sanctuaire Konpira se situe sur l’île d’Hokkaido à Shosambetsu.

Méconnu du public et des photographes il y a dix ans encore, il est soudainement devenu célèbre parmi les amateurs de photographie noir et blanc. Lorsque nous l’avons photographié pour la première fois, je me souviens de la difficulté que nous avions eue à le trouver. Même les habitants de la localité ne pouvaient nous renseigner précisément ou ignoraient totalement son existence! Lorsque j’ai présenté ma photographie ci-dessous en exposition à Tokyo, là encore, personne ne le connaissait. On m’a même demandé à plusieurs reprises si il s’agissait du Torii du sanctuaire Itsukushima situé sur l’île Miyajima près d’Hiroshima. Ce qui est incomparable en termes de proportions.



Le sanctuaire Konpira de Shosambetsu se trouve à 225 km de la ville de Sapporo (3h30 en voiture). Il faut s’y rendre en voiture car aucune ligne de transport en commun ne dessert cette région. Le Torii est situé directement derrière le parc Misakidai ou l’hôtel Misaki no Yu. Il faut contourner l'hôtel en voiture et descendre en direction de la côte où vous trouverez un parking près du port de pêche. Il faut ensuite poursuivre à pieds. Selon la saison à laquelle vous vous y rendez, la neige peut être un obstacle majeur. Il faudra franchir un immense mur de neige et poursuivre dans une épaisseur de neige poudreuse impressionnante pour atteindre la plage. Ce Torii est situé à une dizaine de mètres du rivage et la mer est peu profonde. Les rochers affleurant la surface ajoutent un aspect dramatique à l’ensemble. Vous ne disposez toutefois que de peu de recul car la petite plage est adossée à une falaise.

2. Le sanctuaire Shirahige, préfecture de Shiga

Le Torii du sanctuaire Shirahige est situé sur le lac Biwa à Takashima.

Certainement le second Torii le plus prisé des photographes aujourd’hui, il n’était lui non plus pas connu des habitants il y a plus de dix ans. Aujourd’hui très célèbre, ce Torii n’en demeure pas moins l’un des plus spectaculaires de tout le pays. Ses proportions, sa couleur, son dégagement sur le lac Biwa et la présence de l’île Okishima au lointain en font une composition naturelle spectaculaire pour la photographie. A l’inverse du sanctuaire Konpira, le sanctuaire Shirahige est parfaitement organisé pour recevoir les touristes en quantité. Il dispose d’un immense parking. Il faut ensuite traverser en courant la route très passante et dangereuse pour s’approcher de la rive.



Face au Torii, vous trouverez un ensemble de marches très larges permettant de poser votre trépied à différentes hauteurs et permettre ainsi de varier les compositions en jouant avec l’arrière plan. Selon la période de l’année, vous ne serez pas seul. De nombreux japonais s’arrêtent quelques instants pour le photographier et se prendre en photo devant. Mais ils ne restent que quelques minutes en général.

Si vous avez la chance de vous y rendre un jour de neige, vous pourrez peut-être le photographier avec une fine pellicule de neige sur la partie transversale. Ce qui est très rare! Il neige abondamment sur le lac Biwa mais pas à cet endroit curieusement. N’hésitez pas à y revenir à différents moments de la journée car les lumières sont très différentes et offrent des résultats variés. Le coucher de soleil est également un moment privilégié si vous séjournez à proximité.


3. Le sanctuaire Isosaki, préfecture d’Ibaraki

La particularité de ce Torii est sa position intéressante sur un rocher. Perché sur ce promontoire, le Torii du sanctuaire Isosaki n’est pas en contact direct avec l’eau. Cependant, la côte de l’océan pacifique est à cet endroit très sauvage et les vents violents projettent les vagues sur le Torii en hiver. Les conditions de prise de vues sont alors difficiles mais valent la peine compte-tenu de ces vagues qui viennent s’écraser sur les rochers. La plage est en galets et est peu stable. Il est important de bien planter son trépied dans le sol plutôt que de le poser. A plusieurs reprises, j’ai été contraint de me reculer en vitesse car ces vagues sont importantes et imprévisibles. J’ai donc du abandonner mon trépied et mon appareil pendant plusieurs minutes au milieu de l’eau. Ce qui peut être assez angoissant si il n'est pas solidement ancré dans le sol.



Ce Torii est en pierre et de couleur grise. Il n’a donc pas beaucoup d’intérêts pour la photographie couleurs mais le lieu est magique compte-tenu de la présence contrastée de ces roches volcaniques.

Le sanctuaire Isosaki est situé à Oarai, à 150 km de l’aéroport international de Tokyo Haneda (2h en voiture) ou à 80 km de l’aéroport international de Tokyo Narita (1h30 en voiture). Il faut s’y rendre en voiture en longeant la côte depuis la ville de Kashima en direction du nord.

4. Le sanctuaire Oouo, préfecture de Saga

Ce sanctuaire est situé sur les rivages de la mer intérieure Ariake à Kyushu.

Le sanctuaire Oouo ne dispose pas d’un Torii mais de 4 dont 3 d’entre-eux sont situés dans la mer. Il s’agit certainement de l’ensemble de Torii le plus célèbre au Japon car les marées importantes sur la mer Ariake submergent ces 3 Torii jusqu’à leur moitié. Un spectacle incroyable à admirer mais il faudra rester sur place pendant plus de 4 heures. A marée basse, il est possible de passer à pieds sous ces Torii. Ce dont ne se privent pas les touristes. Il est donc improbable de pouvoir les photographier qualitativement à marée basse. En revanche, la marée montante est rapide et vous permet de réaliser plusieurs clichés intéressants en fonction de la hauteur de l’eau.



Ces 3 Torii ne sont pas d’une architecture classique remarquable. Ils sont faits de bois et peints en rouge orangé. Leurs traverses supérieures sont faites de troncs d’arbres entiers et sont asymétriques. La qualité du lieu réside donc plutôt dans l’ensemble de ces 3 Torii alignés et de la présence de l’eau. Ce lieu est idéal si vous voulez vous risquer dans un timelapse de 4h. Le résultat est stupéfiant.

Le sanctuaire Oouo est situé à Tara sur la côte ouest de la mer intérieure Ariake à 60 km de la ville de Nagasaki (1h20 en voiture).




5. Le sanctuaire Einoo, préfecture de Kumamoto

Probablement l’une des plus belles compositions Shinto sur l’eau. Situé au sud de la péninsule de Kamiamakusa, ce Torii est accompagné de 2 lanternes de pierre. A l’origine, ces lanternes étaient posées de manière parfaitement symétrique. Cependant, suite au séisme de 2016 qui a frappé la région de Kumamoto et occasionné d’importants dégâts (notamment à l’exceptionnel château), la lanterne de droite a subi une légère rotation. L’ensemble n’est donc plus symétrique aujourd’hui et portera probablement pour toujours la trace de ce séisme.

La mer peu agitée à cet endroit offre de nombreuses possibilités en photographie. La marée étant aussi plus calme que partout ailleurs sur les rivages de la mer intérieure Ariake, vous aurez tout le temps de profiter pleinement de ce spectacle.



Ce sanctuaire est assez peu connu et donc peu fréquenté. Je n’y ai par exemple jamais rencontré personne. L’arrière-plan n’est pas aussi dégagé que pour les précédents Torii. Une importante digue est située dans l’axe du Torii et selon les conditions climatiques, sera probablement bien présente sur les images. A noter que le sanctuaire est perché en hauteur et offre une vue intéressante sur le Torii et ses 2 lanternes.

Le sanctuaire Einoo se trouve à 25 km du centre-ville de Kumamoto (45 minutes en voiture). L’entrée est assez discrète et facile à manquer mais en longeant la côte par la route 266, vous finirez par tomber dessus. Il dispose d’un petit parking.


Cette sélection est évidemment personnelle. Vous trouverez certainement d’autres Torii tout aussi intéressants lors de votre voyage. Notre sélection se base essentiellement sur la qualité du contexte et des arrières-plans qui permettront au plus grand nombre de les photographier en toute circonstance et indépendamment des conditions climatiques. Bonne visite!

Cet article vous a intéressé? N'hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux. Votre aide est précieuse pour nous permettre de continuer notre travail. Merci d'avance!

Copyright © 2021 Olivier Robert. Tous droits réservés | Politique de confidentialité 

Copyright © Olivier Robert Photo

A PROPOS...

Qui sommes-nous?

Nous contacter

Nous suivre sur les réseaux